JP Magazine v2 - шаблон joomla Оригами

Niger

CONSEIL NIGERIEN DES UTILISATEURS DES TRANSPORTS PUBLICS (CNUT)
Créé le 28 avril 1988
Siège social : Niamey
Adresse postale : BP : 11 048 – Niamey
Téléphone : (227) 20 73 32 11 / 20 73 51 85 / 20 73 21 87
Fax : (227) 20 73 52 11

 

 

                La ligne de chemin de fer Niamey Cotonou bientôt lancée

 

             corridor Douala BanguiLe projet de la grande boucle ferroviaire qui, en Afrique de l’Ouest doit permettre de relier la Côte d’Ivoire, le Burkina Faso, le Niger, le Bénin et le Togo a connu une avancée significative dans sa réalisation en 2015. Le groupe français Bolloré, via sa filiale Bolloré Africa Logistics (BAL) et les Etats du Niger et du Bénin ont signé mi-août à Niamey les conventions de concession, de construction et d’exploitation d’un chemin de fer reliant Niamey à Cotonou. Ces conventions régiront un tronçon ferroviaire de 1.065 km qui reliera Cotonou et Niamey, sur les 2700 km qui devraient couvrir l’ensemble de la sous-région. .

S’agissant de la consistance des travaux, une partie est consacrée à la rénovation de lignes existantes depuis l’époque coloniale entre Cotonou et Parakou au Bénin et l’autre pour la construction de 630 km de nouveaux rails entre Parakou et Niamey. La ligne Niger-Bénin sera gérée par Bénirail, société au capital de 70 milliards de francs CFA (106 millions d’euros) créée fin mai 2015. Le pacte d’actionnaire régissant les relations entre les Etats (10 % chacun du capital) et le groupe Bolloré (40 %) prévoit l’entrée au capital d’investisseurs privés nigériens et béninois, que les Etats devront proposer dans un délai de deux ans. A défaut, l’actionnariat se maintiendra à hauteur des proportions actuelles, soit 20 % pour les Etats, 80 % pour le groupe Bolloré, ce dernier s’étant engagé à financer 100 % du projet.

Présent en Afrique, et de longue date, dans la logistique et les concessions portuaires, le groupe français présidé par Vincent Bolloré découvre donc un nouveau métier, le ferroviaire. Il a ainsi d’ores et déjà besoin de cheminots expérimentés pour les travaux de construction et pour la reprise immédiate de l’exploitation des 438 km de voies à réhabiliter entre Cotonou et Parakou. Près de 1.000 personnes travaillent actuellement chaque jour sur les différents chantiers, que ce soit au Niger ou au Bénin. Par ailleurs, le groupe Bolloré, à travers Sitarail, est déjà adjudicataire de la concession qui relie Abidjan à Kaya au Burkina Faso.

A défaut de pouvoir encore donner des estimations de trafic passagers et marchandises sur cette future boucle, la conviction de Bolloré est que plus les moyens logistiques seront connectés, avec des ports bien gérés, des chemins de fer solides et des corridors routiers maîtrisés, plus l’Afrique, un continent de 2 milliards d’habitants dans une trentaine d’années, se développera.

Il reste que cette concession est contestée par voie judiciaire aussi bien par l’homme d’affaires béninois Samuel Dossou que par le bureau d’études français Geftarail et sa filiale nigérienne. Ces deux entités estiment détenir des droits depuis 2010 et 1999 respectivement, sur cette boucle.

 

Paul NKALA

Avec Les Echos

Nous situer

Contact rapide

Nos coordonnees

contact2