JP Magazine v2 - шаблон joomla Оригами

Gabon : Le port d'Owendo inauguré par le président de la République

C’est dans le faste que le nouveau port d’Owendo au Gabon a été inauguré le samedi 14 octobre dernier par le président de la République gabonaise Monsieur Ali BONGO ONDIMBA. Fruit d’un partenariat public-privé, l’infrastructure a été construite par le groupe singapourien Olam et sa gestion partielle confiée au français Bolloré.

Dix-huit mois de travaux qui auront coûté 181 milliards de Fcfa (300 millions de dollars), 2 000 ouvriers et beaucoup de détermination pour que les quais du nouveau port soient prêts à recevoir leurs premiers navires. Car il s'agit, en réalité, d'un agrandissement et d'une modernisation des infrastructures de l'ancien port d'Owendo, situé à 18 kilomètres au sud de Libreville, la capitale gabonaise.

Le New Owendo International Port (NOIP), de son non de baptême, occupe désormais une superficie de 18 hectares, lui permettant d'accueillir un quai d'accostage allongé de 600 mètres.

Traiter 3 millions de tonnes de marchandises

S’agissant des équipements, il faut noter que des équipements ultramodernes permettent désormais de traiter 150 000 conteneurs et plus de 3 millions de tonnes de marchandises par an. Des grues fixes, des portiques mobiles, silos à grain et même des citernes de stockage d'huile de palme, le «nouveau pétrole du Gabon» sont disponibles.

Le groupe singapourien Gabon Special Economic Zone (GSEZ) est le premier et le principal actionnaire du consortium gestionnaire du port. il travaillera avec le groupe Bolloré Africa Logistics qui a obtenu, via un accord signé en 2007 avec l'Etat gabonais, la concession de la gestion et de l'exploitation exclusive du port. en vertu d’une entente avec l'Etat gabonais, quelques semaines avant l'inauguration.

Le consortium GSEZ souhaite multiplier par deux la capacité du port, tout en réduisant de 25% le temps et le coût de passage. Un pari ambitieux pour faire du NOIP, une escale commerciale majeure sur les routes de l'Atlantique. Mais la concurrence est rude avec de grands ports sur le Golfe de Guinée qui ne vont pas faire de cadeau au NOIP.

Le gouvernement gabonais quant à lui compte s'appuyer sur ce nouveau port pour faire baisser les prix des produits importés et répercuter les activités du NOIP sur la vie quotidienne. «Voici un instrument de lutte contre la vie chère. Un outil qui va accélérer les échanges, et permettre une économie de plusieurs milliards de francs CFA par an qui devra être répercutée, in fine, sur les prix proposés aux consommateurs. L'impact sera donc immédiat pour les Gabonaises et les Gabonais. Nous y veillerons», promet Ali Bongo. Il faut donc mettre en place les mécanismes pour rendre effectif ce suivi.

                                         

                                                                                           Paul NKALA et Ibrahima BAYO Jr. 

Dernière modification le vendredi, 03 novembre 2017 15:06

Nous situer

Contact rapide

Nos coordonnees

contact2